Rendez-vous lundi 15 h 00 à l’Eldorado, Saint-Pierre-d’Oléron,
pour la conférence hebdomadaire, ouverte à tous.
Abonnés : gratuit. Adhérents : 6 €. Non adhérents : 8 €
1/2 tarif pour les demandeurs d’emploi
Accès aux personnes à mobilité réduite

Du blond vénitien des modèles du Titien à Grenouille du Parfum de Süskind, de Judas à Marie-Madeleine, de Nana de Zola à Elizabeth Siddal, la muse des Préraphaélites du XIXe siècle, les artistes n’ont cessé de voir dans le roux la représentation du pacte faustien. Pour eux, le diable se niche dans la rousseur des traîtres, des femmes fatales.

La séduction des rousses est un questionnement ancien. Pour le blond vénitien, les modèles du Titien, du haut des altanas, se peignaient les cheveux avec leur urine de la nuit.

La littérature avec Poil de carotte de Jules Renard, la mode avec Sonia Rykiel ou le 7ème art avec ses flamboyantes actrices, nul n’échappe à la fascination des rousses et des roux

Dante Gabriel Rossetti Regina Cordium 1860

On présente souvent l’Athènes de l’époque classique comme la première société esclavagiste de l’histoire. De fait, le poids démographique de la population esclave y était considérable. Les esclaves étaient présents dans tous les secteurs de l’économie. La démocratie athénienne elle-même doit en partie son avènement à l’essor foudroyant de l’esclavage. Mais l’essentiel tient surtout à la centralité de l’institution esclavagiste dans l’imaginaire athénien.

Et si l’on considère que la Grèce ancienne est deux fois notre passé – le passé bien réel d’une grande partie de l’Europe, et son passé rêvé, soit une inépuisable source d’inspiration toujours susceptible de s’actualiser au cours de son histoire –, alors il faut aussi être sensible à la façon dont l’héritage esclavagiste antique ne cesse d’accompagner jusqu’à aujourd’hui, à la manière d’un membre absent, certains de ses legs les plus admirables.


Symboliquement décrite dans la mythologie, la régénération des tissus a été étudiée à partir du 18ème siècle par Abraham Trembley qui démontre la capacité de l’hydre à reconstituer deux organismes entiers lorsqu’elle est coupée en deux. Depuis, il est apparu que de nombreux organismes, mais pas l’être humain, sont capables de régénérer un membre après une blessure.

Chez l’Homme, les premières cellules souches identifiées et utilisées en thérapeutique ont été celles de la moelle osseuse. Ces dernières années ont vu un engouement croissant pour les cellules souches tant du point de vue de la recherche fondamentale que de l’espoir thérapeutique qu’elles laissent entrevoir.

L’objectif de cette conférence est de présenter les différents types de cellules souches et d’apporter un éclairage sur les avancées concernant leurs utilisations, leurs potentialités et leurs limites.